Actulive.net | Danseraum 2017: Jean Luc O’koul grave l’amour d’un père
21 février 2017 | 822 Vues

feature-top

Danseraum 2017

Jean Luc O’koul grave l’amour d’un père

« Mon père, cet héros irremplaçable campe en moi comme une perte incommensurable, voire une douleur indélébile. », dit la gestuelle qu’emprunte le chorégraphe-interprète Jean Luc O’koul.  Cette pensée exécutée par le créateur de l’œuvre : « Espace-temps-Espace vide », d’une durée de 30 minutes, est un hymne à tout un espace de pensée, d’amour, d’éducation, de direction qu’occupe un père en général, pour servir de mère poule à ses progénitures. Mais quand cette couverture manque à l’appel suite à son décès, l’espace devient vide. C’est donc tout un tracé chirurgical dans le passé où l’affection était au rendez-vous. Le père, le modèle parfait, la goutte d’eau pour étancher la soif, l’homme de toutes les solutions … laisse un grand vide synonyme d’un silence de cimetière. Comment résorber cette tragique situation, ce désert sans fin, sont les pensées que nous raconte la pièce. La force de caractère de l’écriture, de sa mise en scène, naviguent entre rappel de mémoire et angoisse. Ce qui donne tout son sens à cette création majeure, qui souffre pour le moins qu’on peut dire de nanisme de temps, surtout que le message est un appel à la réflexion profonde.  Jean Luc O’koul est l’un de ces chorégraphes ivoiriens, qui, de par sa maturité et son sens de la recherche aigue donne de la beauté à la danse contemporaine. Son vrai plaisir confesse-t-il « est de savoir que le spectateur pousse la réflexion et s’abonne à l’émotion de l’instant pour s’embarquer dans le voyage que lui accorde le spectacle.».

Clemso ACTULIVE

A voir aussi