Actulive.net | Lancement de la 3ème édition des Rencontres chorégraphiques d’Abidjan
12 avril 2018 | 468 Vues

feature-top

Lancement de la 3ème édition des Rencontres chorégraphiques d’Abidjan

Le promoteur situe les enjeux de l’événement

Deux villes vont accueillir la deuxième édition des Rencontres chorégraphiques d’Abidjan. Ce sont du 16 au 20 avril Abidjan et du 20 au 21 avril 2018, Aboisso. Compilées autour du thème : « Les défis des danses traditionnelles africaines à l’ère de la globalisation », ces activités vont être portées sur des ateliers de formation, de réflexions, des échanges, un concours et des spectacles. Pour cette année, d’éminentes personnalités de la danse de l’Allemagne, du Benin, du Burkina Faso, des Etats Unis d’Amérique, de la Côte d’Ivoire et du Mali se rencontrent pour partager leurs savoirs, et réfléchir sur l’avenir de la danse africaine dans la sphère mondiale. Car, avec l’évolution rapide du monde, certaines valeurs dont la danse d’Afrique sont en train d’être rangées dans la case aux oublis. Donc, c’est par ce canal de rencontres que tout un chacun va donner quelques solutions, qui sont à même de faire fléchir les décideurs, afin de se battre pour remettre en place ce pan de l’humanité en voie de disparition. « La télévision ivoirienne n’a pas de véritable programme culturel. Des journaux qui doivent aider à faire la promotion de la culture, combien de pages culturelles ont-ils ? », a décrié avec amertume, Léandre Nali, le directeur de l’Ong Danse l’Afrique, qui est l’organisatrice de cette activité annuelle. Pour donner du poids et du sens à la cérémonie, le royaume du Sanwi avec la permission de sa majesté, Nanan Amon N’douffou V, s’est joint à l’Ong, pour apporter son appui à la sauvegarde du patrimoine culturel africain. Le royaume est en effet, l’un des grands promoteurs de la tradition. « Nous nous joignons au projet, parce que nous sommes concernés par la sauvegarde, que nous faisons si bien. Nous avons deux écoles de danse traditionnelle de chez nous à Krinjabo et à Assouba. Nous avons institué dans le royaume le patois maternel dans les écoles. Si bien que chaque enfant qui y a fréquenté parle à merveille notre ethnie », a annoncé Nestor Manouan, représentant du roi du Sanwi à la cérémonie et également conseiller spécial de celui-ci à la cour.

Clemso ACTULIVE 

A voir aussi