Actulive.net | NECY N’DRI : Chroniqueuse C'MIDI, présentatrice télé
29 septembre 2015 | 8736 Vues

feature-top

Le décès de sa génitrice  alors qu’elle n’avait  que 2 ans lui impose des  responsabilités familiales  des le bas-age 

Originaire du centre du pays par ses  parents (Tiébissou et Sakassou pour  le père, un commercial, et Bouaké  et Toumodi pour la mère), la jeune  N’dri Famiene Necy Marie Inès vit le  jour dans la commune de Treichville.  Déjà à l’âge de 2 ans, alors encore  innocente, la petite Famine perd sa  mère. Une chose qui fut pour elle  plus tard une source de motivation.  Ainsi N’dri Famiene Necy, sous  l’assistance et le regard bienveillant  de son père, a connu un amour  paternel sans pareil. Un amour et  des conseils qui lui ont permis de  surmonter les difficultés liées à la  vie des jeunes orphelins en Afrique  (séparation familiale, maltraitance,  notamment). Véritable élève itinérante  du fait du métier de son père, elle  fréquente différents établissements  scolaires du District d’Abidjan, avant  de rejoindre le collège Carnot de  Yopougon. Choisissant de faire de  la Communication après l’obtention  de son Brevet d’Etudes du Premier  Cycle (BEPC), elle essuya un refus  catégorique de la part de son père  qui, lui, la voyait plutôt en elle un  médecin.

La jeune N’dri poursuivit  donc ses études secondaires jusqu’à  l’obtention du Baccalauréat. Elle est  orientée à l’Université de Bouaké  délocalisée suite à la crise postélectorale  qu’a connue notre pays.  Elle opte alors pour une inscription  à Agitel Formation où elle obtient le  BTS en Communication d’entreprise  deux ans plus tard. Mais, boostée  par son désir de travailler afin d’aider  son père, celle qui, par la suite est  devenue Ingénieure en Ressources  Humaines, allie déjà ses études à  son emploi d’Enseignante d’anglais  au collège IPAV de Yopougon.  Promue Responsable des ressources  humaines par la suite, elle fut  également en charge du paiement  des ouvriers de cette même structure  pluridimensionnelle (construction et  autres). « J’avais l’obligation de réussir  dans mes études car étant le second  enfant de mon père et l’aînée des  filles d’une famille de 10 enfants, je  me devais de donner l’exemple à mes  frères et sœurs ; je devais également  travailler afin d’aider mon père. Aussi,  en tant que désormais « mère de  famille », j’ai dû m’occuper de ces  derniers, ce qui m’a véritablement  formée aux dures réalités de la vie. »  Confie t- elle. 

L’anglais, sa passion, lui ouvre les portes de la maison bleue (RTI) en tant que présentatrice télé sur RTI 2

 

Amoureuse de la langue de Shakespeare (l’anglais) depuis ses études primaires pour avoir effectué son père, la jeune N’dri fit de son savoir une passion.  Ainsi elle décida de le partager en l’enseignant d’abord  dans une école, puis aux enfants de son quartier et  par la suite au sein de son ONG. Un souci de partage  qui lui permettra d’être cooptée pour la présentation  de l’émission Hello. «Douka qui présentait l’émission  «Hello» sur RTI 2 donnait des cours dans l’établissement  dans lequel j’exerçais. Un jour après un entretien entre  lui et moi, nous avons décidé d’organiser une sorte de  concours ‘’génies en herbe’’ inter-écoles qui valoriserait  la langue anglaise. Et contre toute attente, il vint et me  proposa de présenter l’émission avec lui, chose que j’ai  refusée car je ne voulais être associée à aucune polémique  politique surtout que l’on revenait d’une crise postélectorale.  Après un bon moment de réflexion et animée  par mon désir de promouvoir la langue anglaise de par  mon Ong, j’ai accepté son offre en m’excusant. Ensuite,  après un essai et un entretien avec monsieur Ben Boka  Séraphin (Réalisateur de l’émission), l’on m’a donné ma  chance comme présentatrice dans cette émission sélecte.  C’est comme cela que je fais mes premiers pas à la Rti»  Soutient-elle.

 

L’EMISSION ‘’C’MIDI’’ LUI PERMET DE TROUVER SA VOIX ET DE VIVRE SON REVE

 

Officiant désormais au sein de la Rti, elle se fera  remarquer de par son sérieux dans le travail. Un aspect  qui lui vaudra d’être informée par Christian Douti d’un  casting pour la réalisation d’une émission-télé. Elle décida  alors d’y participer. « L’on nous a demandé lors de ce  casting ce que nous pouvions apporter à cette émission  qui, en plus de procurer de la bonne humeur aux gens,  devait avoir un caractère éducatif. J’ai tout de suite opté  pour l’alimentation afin de sensibiliser les téléspectateurs  sur les dangers d’une mauvaise alimentation, mais aussi  les bienfaits d’une bonne alimentation. » Affirme N’dri  Famiene. En attendant d’être engagée dans ‘’C’MIDI’’,  la jeune Necy exerce au sein de la maison bleue dans  certaines émissions (éco campus et les reportages). «  Puis un jour, après avoir constitué le groupe final suite  à la proclamation des résultats du casting, l’on nous a  demandé de travailler sur nos différentes rebiques en  faisant des appels à témoins. Un travail qui durera 6 mois.  C’est à la suite que l’on nous a présenté monsieur Joseph  Andjou qui, comme un père, nous a inculqué l’amour de  ce métier. Avant, je pensais que je faisais de la télé mais  avec monsieur Andjou, Caroline et les autres, nous avons  constitué une belle famille et abattons un véritable travail  de journalisme. Je peux aisément affirmer aujourd’hui que  j’ai trouvé ma voie et je vis mon rêve avec ‘’C’MIDI’’.»  Soutient-elle 

 

SON ASPIRATIONN : MARQUER SON TEMPS EN APPORTANT DU BONHEUR AUX AUTRES A L’INSTAR D’OPRAH WILFRIED

 

Pour ce qui est de ce métier de chroniqueuse et de  présentatrice télé, l’objectif de Necy N’dri est d’abord de  diversifier ses talents. Par la suite, se former davantage  aux métiers de journalisme afin de répondre aux attentes  des téléspectateurs comme son idole Oprah Wilfried.  Pour ce faire, elle travaille avec acharnement. Poussée  par son désir de sensibiliser et d’encourager les gens sur  l’importance de mieux se nourrir, elle a investi dans le  commerce de vivriers (magasin d’oignon, œufs, et autres à  Treichville).

« Je ne veux pas être une simple personne qui  passera mais plutôt une personne qui marquera son temps  et qui procurera de la joie et de la bonne humeur aux  autres. Et cela passe par le travail » Confie la ravissante  Necy N’dri Famiene. 

 

source: select magazine n° 103

A voir aussi