Actulive.net | Thomas Guei rend hommage aux percussions
22 novembre 2018 | 546 Vues

feature-top

3ème édition du Festival 100 tambours


Thomas Guei rend hommage aux percussions


Donner de la valeur et de la reconnaissance à l’un des instruments ayant parcouru les âges, est l’objectif que se fixe le festival 100 tambours.  Pour l’édition 3, le comité d’organisation a choisi le thème : « Code et rythmes », pour faire savoir que la percussion renferme tout un langage dicté par des codes. L’événement se déroulera le 28 et le 30 novembre 2018 à l’Institut Français d’Abidjan. Thomas Guei, le promoteur et commissaire de ce rendez-vous festif, affirme que l’instrument « est un grand pan de l’humanité. Qui, risque de foutre le camp, s’il n’y a personne pour le valoriser.


Cet état de fait s’affiche pour moi, comme un devoir de conscience à traduire en application », a-t-il relaté. Le jour du vernissage (28 novembre), il y aura des prestations solos et en ensemble. Il vera défiler la compagnie Académie Zonghua Wushu de Elysée Côte d’Ivoire, qui allie percussions, art martial et une section cuivre. Egalement, figureront à ce tableau rythmique Hwan Jin Jung, une compagnie coréenne et Moayé qui meubleront le vernissage. Thomas Guéi fera apprécier au public une démonstration mettant en valeur les sonorités du tambour coréen (Guingari).

De grands noms tels Don Marius Gnonka de Lagognin, Siriki… joueront leur partition à cette rencontre. Venue de son pays les Etats Unis, la guitariste Catherine Capozzi sera en duo explosif avec l’Ivoirien Daniel Opoh spécialiste du tambour ‘’Le tamanoix’’. L’une des rubriques de cette édition est consacrée à une initiation à la percussion avec Daniel Opoh et Thomas Guéi. En outre, la chorégraphe Hortense N’da animera un atelier de danse pour les enfants du Centre Social d’Anono.

 

Pour la clôture du festival, le 30 novembre, toutes les compagnies confronteront leur talent, sur une thématique musicale d’Ernesto Djédjé additionnée à de la musique du temps des grands moments de l’empire mandingue. Thomas Guéi installe hors festival, le 1er décembre, un spectacle privé en hommage à Marie Rose Guiraud, fondatrice de l’Edec. Ce, pour les bienfaits que cette mère et son école lui ont procuré durant toutes ses années d’apprentissage.

 

 

Clemso ACTULIVE

A voir aussi